À l’Hôpital de Saint Nazaire, la CGT continue à défendre les personnels malgré les attaques !

Suite aux annonces de la Direction lors du COPIL du lundi 17 septembre, la CGT a rencontré les équipes concernées par les réductions d’effectifs (Pédiatrie, Pneumologie, Chirurgie et Gastro- Néphrologie).

Toutes les équipes refusent catégoriquement ces réductions et ont décidé de ne pas participer aux réunions de réorganisation.

En effet, ces réductions s’appuient sur le travail effectué sur les maquettes organisationnelles, sans tenir compte des indicateurs d’activité et sociaux pourtant essentiels (les heures supplémentaires, le nombre d’entrées/ sorties journalières et nocturnes, le ménage en fonction des départs, le brancardage…), mais en tenant compte uniquement des cotations SIIPS.

La CGT a rencontré la députée, Mme Dufeu Schubert, le lundi 8 octobre. Elle a été surprise que notre Direction ait utilisé un outil qui, de son point de vue est obsolète !

La CGT a également rencontré le Directeur, Monsieur Couvreur, le lundi 8 octobre. Nous lui avons également démontré que les conclusions du travail sur les maquettes organisationnelles sont irrecevables et lui avons fait la proposition de tout remettre à plat et de prendre en compte tous les indicateurs.

La CGT a fait une déclaration au Conseil de Surveillance du 12 octobre (cf ci dessous). Le Maire de Saint-Nazaire, Monsieur Samzun, président du Conseil de Surveillance, a eu une fois de plus une attitude inadmissible et a même violemment agressé verbalement notre représentante CGT.

Cette agression de votre représentante est une agression de tous les personnels du CH !

La CGT ne lâchera rien et va continuer à défendre des effectifs soignants à hauteur des besoins pour avoir de bonnes conditions de travail et pour prodiguer des soins de qualité aux patients.

La CGT va à nouveau rencontrer les équipes des services de soins concernés et sera aux côtés des personnels pour toute éventuelle mobilisation dans les semaines à venir.

DÉCLARATION CGT AU CONSEIL DE SURVEILLANCE DU 12 OCTOBRE 2018

Dans le cadre du futur contrat de développement que la Direction négocie actuellement avec l’ARS, un travail a été effectué concernant les effectifs dans les services de soins de l’établissement.

L’accord de méthode, qui avait été convenu avant le démarrage de ce travail, avait pour objectif final de « parvenir à des organisations de travail stables et donc de limiter au maximum le recours à un mode de fonctionnement dégradé…en vue de la préservation de la qualité de vie au travail et de la qualité de la prise en charge des patients ». De plus, il n’était pas « exclu que l’analyse menée conduise à la nécessité de dégager des moyens supplémentaires ».

Même si la CGT aurait préféré l’amélioration plutôt que la préservation, nous avons accepté de participer à ce travail car notre demande de revoir les effectifs étaient enfin entendus.

Malheureusement, pour l’étude de la charge de travail dans chaque service, il a été utilisé un vieil outil, les cotations SIIPS (Soins Infirmiers Individualisés à la Personne Soignée) et de nombreux indicateurs d’activité et sociaux n’ont été pris en compte : les heures supplémentaires, le nombre d’entrées/ sorties journalières et nocturnes, le ménage en fonction des départs, le brancardage… Pour les activités afférentes aux soins, il a été appliqué une moyenne alors que chaque service a forcément une spécificité !

Résultat : seul un service, le SSR gériatrique, va bénéficier de personnel supplémentaire alors que 4 autres services (la pédiatrie, la chirurgie, la pneumologie et la néphrologiegastroentérologie) vont voir leurs effectifs diminués ! Cela représente 5 ETP au total.

Les personnels soignants se sentent trahis !

Ils refusent de travailler sur de nouvelles organisations car sont contre les réductions d’effectifs qu’ils jugent inacceptables !

Pour la CGT, ces propositions sont irrecevables et vont à l’encontre de l’objectif fixé !

Comment prétendre préserver la qualité de vie au travail et la qualité de prise en charge des patients en déstabilisant l’organisation des équipes soignantes de 4 services ?

Pour la CGT, ces réorganisations vont créer de nouvelles situations de mal-être au travail, d’épuisement professionnel et donc au final, générer de l’absentéisme !

Alors que nous cherchions à stopper l’absentéisme !

Pour la CGT, les conclusions de ce travail sont biaisées et sont donc à revoir au plus vite. De plus, les 2 pilotes du dossier, M Douté et Mme Laignel, ont ou vont quitter l’établissement… Les soignants ne comprennent pas que leur sort dépende de personnes qui ne seront plus là pour en assumer les conséquences !

La CGT a des propositions, que nous avons évoquées avec le Directeur lundi, et va continuer à soutenir les personnels concernés pour obtenir la révision de ces propositions.

Notre syndicat vous demande, Mesdames et Messieurs les membres du Conseil de Surveillance, d’apporter votre soutien aux personnels soignants et d’appuyer leur demande d’avoir des effectifs correspondant réellement à leurs besoins pour avoir de bonnes conditions de travail et pour prodiguer des soins de qualité aux patients.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *