Rana plaza : pour un traité contraignant à l’ONU sur les multinationales !

Législatif

Il y a cinq ans, le 24 avril 2013, un immeuble de huit étages, le Rana Plaza, s’effondrait en banlieue de Daca au Bangladesh. Cet accident devenait l’accident le plus meurtrier du secteur, causant 1134 morts. « Ces ateliers, hébergés dans le Rana Plaza, travaillaient presque essentiellement pour des donneurs d’ordre de multinationales, comme Carrefour, Camaieu, Mango, Auchan… », rappelle Sylvain Goldstein, conseiller à la CGT. Depuis, la CGT et d’autres acteurs de la société civile se sont mobilisés pour faire voter une loi en mars 2017 sur le devoir de vigilance. « Nous espérons que cette loi sera reprise par l’ONU en tant que convention pour qu’elle s’impose de manière obligatoire à toutes les transnationales du monde entier », ajoute Sylvain Goldstein. À cette fin une coalition française [1] s’est mise en place.

La CGT
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *