Réforme de l’orientation post bac : Une injustice pour nos élèves, une charge de travail supplémentaire pour les personnels

L’instauration de la sélection à l’université.

Le projet de loi réformant l’orientation dans le supérieur est examiné à l’Assemblée nationale depuis le 12 décembre. Prenant prétexte de l’instauration du tirage au sort dans certaines filières et des difficultés de certaines étudiant·es en licence, le gouvernement veut mettre en place une sélection qui ne dit pas son nom…

Les filières de licence dites en tension pourront ainsi refuser les demandes au vu des dossiers des élèves et des « attendus » que chaque section universitaire aura elle-même définie. Plus généralement, chaque université pourra imposer « un contrat de réussite » aux élèves sur ces mêmes bases. Si l’élève refuse ce contrat, il ne pourra pas accéder à l’orientation qu’il ou elle demande. Si l’élève accepte, rien ne garantit que l’université ne puisse pas l’exclure du cursus si elle estime que le contrat n’est pas rempli.

Pour la CGT Éduc’action, cette sélection est inacceptable. L’obtention du baccalauréat, 1er grade universitaire doit permettre à chaque élève d’accéder à la poursuite d’étude souhaitée…

Lire la suite dans le tract de la CGT-Éduc’action : « Réforme de l’orientation post bac : Une injustice pour nos élèves, une charge de travail supplémentaire pour les personnels »  (déc. 2017)

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *