L’UGTT, le syndicat historique tunisien, à la manœuvre pour la paix sociale

Le syndicat tunisien, Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), qui a reçu le prix Nobel de la Paix 2015 pour son rôle au moment du printemps arabe en Tunisie était à la CGT, soit sept ans après la chute de Ben Ali. Focus sur la situation économique et sociale en Tunisie et sur le rôle de ce syndicat très influent dans le pays.

La Loi de Finances 2018 a été l’étincelle qui a déclenché les récents mouvements de protestation en Tunisie la semaine dernière. Suite à ces mouvements, le Gouvernement a annoncé des mesures sociales pour ce pays
« au bord de la faillite » selon les mots des représentants de l’Union Générale Tunisienne du Travail en visite au siège de la CGT dans le cadre d’une réunion du Réseau syndical migrations méditerranéennes-subsahariennes.

En effet, « le taux de croissance s’élevait en Tunisie à 5,2 % en 2011, il est maintenant à moins de 2 % et 4900 entreprises ont fermé ou se sont délocalisées, soit 250 000 emplois perdus » se désole Mohamed Bekay, conseiller de l’Espace international à l’UGTT. Selon lui, le principal problème est le taux de chômage de 15,6 %, un chômage qui touche surtout 32 % des diplômés de l’enseignement supérieur. A cela il faut ajouter la corruption et l’instabilité politique.

Pour Naima Hammami, secrétaire générale adjointe, en charge des relations internationales à l’UGTT, la révolution a apporté la liberté d’expression mais pas uniquement…


L’UGTT, fondée en 1946, est la plus ancienne des organisations syndicales de toute l’Afrique. Avec 700 000 adhérents environ, 12 départements, il faut rappeler que l’UGTT a reçu, avec 3 autres organisations, le prix Nobel de la paix 2015 pour avoir lancé en 2013 « un processus politique alternatif, pacifique, à un moment où le pays était au bord de la guerre civile, et qui a par la suite garanti les droits fondamentaux pour l’ensemble de la population », selon le comité du prix Nobel de la paix. L’UGTT entretient avec la CGT une relation de longue date.
La CGT
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *