Barèmes 2018 :Évaluations nationales… An II

La CGT Éduc’action exprimait l’an dernier ses craintes quant au caractère contreproductif des évaluations CP et 6ème.

Nous dénoncions l’absence de concertation sur leur construction, leur caractère obligatoire, l’atteinte à la liberté pédagogique et le mépris à peine voilé à l’égard du professionnalisme des collègues. Nous dénoncions aussi les risques de stresser familles et enfants, de compliquer les relations parents-enseignant·es et de stigmatiser les élèves les plus en difficulté…

Nous dénoncions l’inadaptation de ces évaluations, tant sur le fond que sur la forme quel que soit le niveau et le fait qu’elles sont des outils au service du tri : celui des élèves, des personnels et des établissements scolaires. Et surtout, la CGT Éduc’action dénonçait la volonté politique du Ministre de mettre sous tutelle idéologique les enseignant·es dans leurs pratiques pédagogiques.

Cette année avec l’extension au CE1, la remontée nationale des données, la dépossession de l’analyse des besoins de l’élève à la merci du logiciel du ministère, plus aucun doute n’est permis sur les intentions de notre ministre : réorientation des approches pédagogiques de l’apprentissage de la lecture, retour du B-A BA et introduction des neurosciences, mais aussi culture de l’évaluation et du classement.

C’est bien une politique éducative réactionnaire que le ministre veut imposer, celle de la reproduction sociale des élites, et qui ne permet pas l’émancipation de chaque élève.
Si sur le fond la CGT Éduc’action reconnaît le rôle primordial des évaluations diagnostiques, elle s’oppose et s’opposera toujours à tout dispositif injonctif. Elle s’oppose aussi à tout système qui vise à évaluer et rémunérer les collègues en leur imposant une concurrence entre écoles.

Face au battage médiatique organisé par le gouvernement, la CGT Éduc’action continuera de soutenir les personnels engagés dans la bataille idéologique autour de l’École. Elle appelle les personnels à se réunir dès maintenant pour discuter de ces évaluations et décider collectivement de leur utilisation. Elle soutiendra les équipes qui s’engageront contre ces évaluations selon les modalités qui leur paraîtront les plus appropriées et interviendra au besoin contre les pressions hiérarchiques.

Montreuil, le 17 septembre 2018

Lire le communiqué au format

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *