La lutte reprend chez ASH

Les salariés de la rédaction des Actualités sociales hebdomadaires repartent en grève suite au non-respect par la direction de l’accord signé le 19 janvier 2018, fin d’un conflit qui avait alors duré près de trois semaines.

Moins de six mois après leur premier mouvement, les salariés du périodique Actualités sociales hebdomadairesASH — sont repartis en grève le 11 juin 2018. En effet, avec le mépris dont elle a déjà fait montre, la direction revient complètement sur sa promesse du 19 janvier 2018, à savoir la conservation de (minimum) 12 postes aux ASH.

Concrètement, en six mois :

  • six journalistes ont été recruté en CDD jusqu’au 30 juin ;
  • deux journalistes supplémentaires ont quitté la rédaction, dont un juriste remplacé par un non-juriste et un rédacteur non remplacé ;
  • un poste de secrétaire de rédaction est laissé vacant sans perspective de remplacement ;
  • la charge de travail a crû du fait d’une réorganisation imposée sans concertation par le nouveau rédacteur en chef — recruté pendant la grève.

Pire encore : les salariés en CDD ont appris que leur contrat aux ASH ne serait pas prolongé, mais que des CDI leur serait proposé à l’agence Pixel, autre société de Groupe6tm (dont font également également partie les ASH), bien entendu socialement moins-disante.

En l’état, 7 postes sont amenés à disparaître, ramenant les effectifs des ASH à quatre journalistes… Soit bien loin des 12 salariés promis par la direction à la fin du précédent conflit !

Dans un communiqué de presse, « la rédaction des ASH réclame la transformation des CDD en CDI au sein de leur société et une hausse de salaire pour les journalistes concernés. Bien que la société ASH continue de perdre des abonnements, elle reste encore largement bénéficiaire. Plutôt que se débarrasser de ses salariés, elle doit mener une réelle réflexion pour relancer son développement et se doter des outils et moyens adéquats ».

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *