15 mars, 22 mars…. Et maintenant, convergeons !

 

Depuis son élection, le Président Macron a multiplié les contre-réformes, poursuivant un dangereux plan de déstructuration systémique de notre modèle social et solidaire.

Livrant des pans entiers de nos services publics et de notre système de protection sociale aux appétits capitalistes, répondant à la lettre aux préconisations austéritaires de Bruxelles, finançant et levant tous les obstacles à un patronat cupide, Macron livre notre pays et sa population sur un plateau au banquet des milliardaires.

Alors qu’on nous sert sans cesse le prétexte de la crise et de la concurrence mondiale pour justifier les politiques austéritaires, le capital continue de se gaver sur nos sacrifices et nos impôts. Depuis 2013, plus de 70 milliards d’euros d’argent public ont été offerts par l’État aux entreprises, sans contrepartie, subventionnant ainsi la destruction de milliers d’emplois ou enrichissant considérablement les propriétaires des capitaux. Alors qu’à l’échelle mondiale, plus de 1000 milliards d’euros de dividendes ont été versé en 2017, soit une progression de 7,7 %, la France est, une nouvelle fois, championne d’Europe avec 42,7 milliards d’euros versés aux actionnaires, bien devant l’Allemagne à 31,2 milliards. Les 40 milliardaires français se partagent 265 milliards d’euros, en hausse de 30 %. Bernard Arnault devient la 4ème fortune mondiale.

2017 est l’année qui aura connu l’augmentation la plus importante de l’histoire contemporaine du nombre de milliardaires, grâce aux revenus financiers, alors que 90 % de la population n’en bénéficient pas.

Alors que les inégalités continuent de se creuser, que les politiques libérales font partout la démonstration de leur inefficacité, que notre système public et social a, de l’avis de tous, servi d’amortisseur lors de la crise de 2008, le gouvernement poursuit sa logique destructrice qui conduit notre pays dans l’appauvrissement des populations, le recul des droits et la déréglementation accrue.

Face à ce constat d’attaques globales, les Unions Départementales CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF de Loire-Atlantique considèrent qu’il est aujourd’hui nécessaire d’engager une riposte interprofessionnelle « public-privé », permettant de stopper la mécanique dévastatrice actuellement à l’œuvre.

Elles constatent avec satisfaction que la résignation n’est pas à l’ordre du jour. De nombreuses luttes se développent dans différents secteurs professionnels. Les personnels des Ehpad et des aides à domicile seront en action nationale le 15 mars, tout comme les retraités et les salariés de la métallurgie. Le 22 mars, les agents et salariés des services publics, des cheminots, seront en grève contre les nouvelles attaques du gouvernement (action publique 2022, rapport Spinetta) et pour défendre un service public ambitieux, solidaire et protecteur. Les Étudiants, lycéens et personnels d’éducation engagent la lutte contre la loi ORé qui organise la sélection de classe et prépare une éducation tournée uniquement vers le formatage d’une main d’œuvre répondant aux exigences du patronat. Plus localement, des luttes victorieuses ont eu lieu ces dernières semaines, comme à Descours et Cabaud à Nantes, Buton à Chauvé, Nantes Métropole, …

Les Unions Départementales CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF de Loire-Atlantique soutiennent les journées de mobilisation des 15 et 22 mars.

Elles appellent les salariés, les privés d’emploi, les étudiants et lycéens à participer aux manifestations :
- des retraités et des agents des EHPAD/aides à domicile le 15 mars, à Nantes (14 h 30 place du cirque), Saint-Nazaire (10 h 30 fontaines République) et à Châteaubriant (10 h 30 Mairie).
- des personnels des services publics, des cheminots, des agents d’EDF … en grève le 22 mars pour la défense de leurs revendications. Manifestation à Nantes (10 h 30 croisée des trams) et à Saint-Nazaire (10 h Gare).

Les attaques portées par le gouvernement sont globales et elles nécessitent une réponse interprofessionnelle pour gagner. En soutenant et participant aux journées du 15 et 22 mars, nous préparons les conditions de cette riposte.

UD44

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *